Se loger à Montréal

Montréal est la métropole choisie pour la leçon consacrée au thème « habiter la ville ». ce thème est commun aux programmes de secondaire 1 (Québec) et cycle3-6e (France). Les deux problématiques abordées pour traiter ce thème sont : « Habiter Montréal » ainsi que « Se déplacer à Montréal ».

Documents de travail : Se loger Montréal

1. Représentations

Si certains élèves peuvent avoir conscience des problèmes liés aux déplacements dans une grande métropole, peu d’entre eux savent que le lieu de résidence choisi par les parents est en partie subi. La ségrégation socio-spatiale qui se construit dans une grande métropole est le produit de la somme de choix individuels. On ne choisit pas d’habiter dans une ville où l’on veut mais là où l’on peut. Et de choix découle toute une série de conséquences, notamment celle des migrations pendulaires.

2. Émergence des RS

On peut faire émerger les RS de deux manières. La première consiste à faire en sorte que les élèves commencent à s’interroger sur leurs pratiques spatiales à l’aide d’un petit questionnaire..

  • Q1 : Votre famille a-t-elle déménagé depuis votre naissance ?
  • Q2 : Où habitez-vous aujourd’hui ?
  • Q3 : Où habitiez-vous auparavant ?
  • Q4 : Pour quelle raison avez-vous déménagé ou choisi d’habiter là où vous habitez aujourd’hui ?

La seconde façon consiste à leur poser une question ouverte pour mesurer les représentations qu’ils mobilisent : quels sont les problèmes principaux que rencontrent les habitants d’une grande métropole ?

  • Concentration de population ;
  • Beaucoup de trafic routier ;
  • Bouchons donc retards pour aller au boulot.
  • Circulation pour aller au travail ;
  • Consommation d’eau et de nourriture ;
  • Bouchons ;
  • Pollution ;
  • Pollution ;-
  • Bouchons ;
  • Circulation automobile ;
  • Logement (difficulté à se loger en raison du manque de place).
  • Circulation ;
  • Habitations de plus en plus chères ;
  • Construire de plus en plus d’habitations ;
  • Insécurité ;
  • Pollution et bruits ;
  • Circulation trop de trafic ;
  • Habitants n’habitent pas la ville donc utilisation de la voiture donc embouteillages ;
  • Immobilier cher ;
  • Pollution.

La première stratégie permet rapidement d’évaluer si les élèves ont conscience que l’espace urbain est un espace fragmenté. Cette ségrégation socio-spatiale se traduit dans l’organisation de la ville. On peut envisager d’aborder avec les élèves les notions suivantes : ville-centre, banlieue, agglomération (ou pôle urbain), espace ou couronne périurbaine. Elle se traduit également dans les paysages urbains avec des nuances selon qu’on se situe dans une métropole nord-américaine ou européenne, de pays riche ou pauvre.

Il va sans dire que les écarts au modèle construit en classe doivent être envisagés grâce à l’étude (plus rapide évidemment) d’autres métropoles. Enfin, les défis que les habitants de ces métropoles doivent relever sont d’ordres différents. Mexico, une métropole qui a soif, Manille une métropole à risques…

La seconde stratégie permet de recueillir des représentations plus générales et  davantage en lien avec l’action « habiter ». Les élèves l’interprètent souvent de manière passive, sans voir qu’habiter c’est aussi : se loger, se déplacer, travailler, consommer, avoir des loisirs, communiquer, etc.

3. Synthèse de la phase de travail sur Montréal

A l’issue du travail de groupe durant lequel chacun a pu choisir un lieu de résidence, je demande aux élèves d’essayer de tirer des conclusions plus générales qui seraient pertinentes quelle que soit la métropole étudiée.

Texte 1 : Quand j’habite dans une grande métropole, je tiens compte :

  • du prix des logements (location ou achat) ;
  • de la localisation : commerces à proximité ;
  • de la ville : là où est le logement.

Texte 2 : Je prends en compte :

  • le prix du logement ;
  • le temps du trajet pour aller au travail ;
  • le type de quartier ;
  • la taille de la maison.

Texte 3 : ce que je prends compte pour choisir un nouveau logement :

  • le prix du logement ;
  • la distance à parcourir entre mon logement et mon lieu de travail ;

Texte 4 : quand j’habite dans une grande métropole, je tiens compte :

  • du prix du logement ;
  • de la distance entre mon lieu de travail et mon lieu de résidence ;
  • du temps que je vais mettre pour aller à mon travail et du coût ;
  • la proximité des voies de circulation (autoroutes, …).

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s