L’évolution de l’homme, une longue histoire

  1. Le point sur les représentations des élèves

Dès que l’on aborde les problèmes de l’évolution, plusieurs types de représentations émergent :

– Le finalisme : l’homme est considéré comme le produit final de l’évolution, les espèces qui précèdent l’apparition de l’espèce humaine sont perçues, d’une part, comme “inférieures” et, d’autre part, comme des brouillons.

– La linéarité : l’évolution se serait déroulée de façon linéaire, en oubliant qu’un nombre important d’espèces ont disparu. Les élèves savent que les dinosaures ont existé puis ont disparu, mais ont de la difficulté à considérer que cela a pu exister au sein même des Hominidés.

A partir d’Homo erectus, des hypothèses radicalement opposées s’affrontent. L’une pense que des populations régionales ont évolué et séparément et en se métissant pour donner Homo sapiens. L’autre considère qu’il existe une origine unique, homo sapiens, localisée en Afrique.

Le «progrès» : en cohérence avec les deux représentations précédentes, les élèves ont tendance à considérer que plus un fossile possède des points communs avec Homo sapiens, plus il en est proche dans le temps. Ce qui est vrai dans la situation pro- posée aux élèves qui se trouve être simplifiée mais erroné en réalité. Si l’on accepte l’idée de bifurcation, deux espèces peuvent avoir évoluer parallèle- ment dans le temps en développant des caractéristiques différentes. Si bien que la présence d’aspects ressemblants n’implique pas une proximité.

Aujourd’hui, les théories créationnistes reviennent en force : l’homme et l’univers auraient été crées en six jours et en quelques milliers d’années. Ces théories connaissent une recrudescence pour des raisons politiques et religieuses multiples. On ne peut écarter l’hypothèse que l’absence de travail sur les représentations des élèves joue un rôle en la matière

A la question « d’où vient l’homme ? », des élèves de 6e ont répondu :

Des singes ; de la terre ; des globules ; d’une bactérie qui a évolué ; d’une longue lignée d’animaux qui ont évolué ; bien après la dérive des continents ; des cellules ; d’Afrique ; des parasites ; d’une bactérie dans l’eau ; des primates ; des atomes ; quelle est la vérité ? (Le dernier élève a été le plus prudent !).

A la question « quelle est la différence entre les humains et les non-humains ?, ces mêmes élèves ont répondu :

le squelette ; la manière de se nourrir ; l’intelligence ; la boîte crânienne ; plus poilu ; les habits ; l’espèce ; la chasse ; les outils ; la pensée ; la dentition ; la bipédie ; le langage ; la manière de vivre; il détruit notre environnement ; la poulation a augmenté.

2. Les documents

Alain Dalongeville Evolution Homme Cycle 3-6e

Document 1 : Homo habilis
Document 2 : Homo sapiens neandertalensis (Homme de Neandertal)
Document 3 : Homo erectus
Document 4 : Australopithecus afarensis (Lucy)
Document 5 : Homo sapiens (Cro-Magnon)

Pourquoi des crânes ?

Les critères de l’hominisation peuvent être appréhendés grâce à plein d’indices : de l’analyse de la mâchoire et des dents on peut faire des hypothèses sur le régime alimentaire, de l’examen du bassin on peut faire des hypothèses sur la bipédie, etc… Les crânes présentent deux avantages principaux :- le premier, scientifique, est que l’étude comparée des crânes est efficace pour situer les principaux jalons de l’évolution humaine.- le second, didactique, est que la comparaison des crânes permet plus facilement à l’élève d’apprécier les différences et les ressemblances. Et puis, le crâne est plus suggestif qu’un partie du bassin ou qu’un fémur.

En gros, une classe trouve sans mal le point de départ et le point d’arrivée : A. afarensis et H. sapiens. Le positionnement de H. habilis ne pose pas de difficulté. Par contre la classe est en général très partagée sur la place de l’Homme de Néandertal et H. Erectus.

3. Intentions pédagogiques

Chacun des documents n’a pas d’intérêt propre. Ici, les élèves sont mis dans une situation de classement qui nécessite qu’ils s’intéressent tout à la fois aux caractéristiques propres à chacun des fossiles et aux caractéristique qui permettent de les distinguer les uns des autres.

4. Déroulement

Durée Activité Consigne
3 min Collez cet arbre face au vôtre. Comparez : quelles sont les différences, quels sont les points communs ? Collez cet arbre face au vôtre. Comparez : quelles sont les différences, quels sont les points communs ?
30 min Production d’une feuille sur laquelle est indiqué l’ordre choisi par les groupes.Travail en petits groupes précédé d’un moment de réflexion individuelle de 10 minutes. Vous avez devant vous, les fossiles clefs de l’évolution humaine, classez-les du moins humain au plus humain. Reportez votre classement sur votre classeur ou cahier.
30 min – Explicitation des critères de chaque groupe.- L’enseignant collationne sur une affiche, à part, les critères retenus par chacun des groupes, en repérant à chaque fois ce qui est nouveau et les éventuelles contradictions. A cet effet, il est judicieux que l’enseignant installe un vocabulaire commun pour que les comparaisons soient plus efficaces Montrez ce que vous avez trouvé en précisant à chaque fois les raisons de votre choix.
Retour dans les groupes
15 min Élaboration définitive d’un arbre généalogique de l’espèce humaine avec un listage des critères Compte tenu des remarques des autres groupes, modifiez, si vous le pensez nécessaire, votre arbre généalogique.
10 min Exposé par l’enseignant des recherches les plus récentes ainsi que du tableau. Collez cet arbre face au vôtre. Comparez : quelles sont les différences, quels sont les points communs ?
15 min Dernière phase de socialisation et repérage des enseignements. Exploitation de l’enseignant.

Cahier SP61

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.