Situation-problème histoire

Civils et militaires dans la première Guerre mondiale

Civils et militaires dans la PGM


Concepts clefs : Guerre totale

Notions : violence de masse, guerre totale, génocide, révolution


 

Documents : Civils et militaires dans la PGM

  1. Représentations des élèves

On pourrait croire que les élèves sont plus à l’aise avec la guerre. Finalement, quand vous les questionnez, ils savent parler de combats individuels, d’exploits de ce type vus à la télévision mais n’ont que très peu d’idées de ce qu’est une guerre.

Je veux insister ici sur le fait que le concept central que l’on demande d’enseigner est celui de guerre totale. La Première Guerre mondiale fut vraiment le premier conflit de cette nature, en outre caractérisé par une violence de masse.

Une guerre totale est un conflit qui mobilise :

  • les forces humaines, militaires au front, civiles à l’arrière (qui peut être illustré par la mobilisation des femmes) ;
  • es forces économiques (reconversion de l’appareil industriel par exemple) ;
  • les forces morales et culturelles (propagande, bourrage es crânes…).

Si vous posez la question aux élèves de ce qu’est une guerre ou une guerre mondiale, les deux dernières caractéristiques ne seront jamais invoquées même indirectement. Les films d’action ou films de guerre qu’ils peuvent visionner font le silence sur ces deux aspects.

La violence de masse est la seconde caractéristique de ce conflit : destructions dans le Nord de la France (il y a eu un exode de moindre importance que lors de la Seconde Guerre mondiale, mais il a existé), arrestations, éliminations, et surtout, évidemment le génocide arménien de 1905 (la tentative de génocide, car finalement aucun génocide n’est parvenu à ses fins, fort heureusement !). Il est lointain pour nos élèves mais on doit bien mettre en évidence le processus génocidaire : repérage de la population à éliminer, marginalisation, élimination, responsabilité d’un Etat (Gregory H. Stanton en repère 10 : Classification, symbolisation, discrimination, déshumanisation, organisation, polarisation, préparation, persécution, extermination et déni. Certaines de ces phases peuvent coexister).

  1. Déroulement de la situation-problème

Durée

Documents

Consignes

5’

Emergence des représentations à propos de la notion de guerre. Qu’est-ce que c’est une guerre ? Qu’est-ce que cela implique, nécessite ?
Phase 1 : Les origines de la PGM

40’

Un corpus de documents pour identifier les différentes sources de tension entre les grandes puissances européennes au début du XXe siècle :

  • Doc. 1 : Définition de l’Etat-nation selon l’UNESCO ;
  • Doc. 2 : A qui le Maroc ? (Carte postale de 1906, signée Assus) ;
  • Doc. 3 : Les minorités au sein de l’Empire austro-hongrois en 1911 ;
  • Doc. 4 : L’Europe en 1914 ; alliances et revendications territoriales ;
  • Doc. 5 : Carte de l’Europe politique en 1914 (faisant apparaître les alliances ainsi que les territoires objets de revendications).
Vous êtes journaliste. Vous écrivez un article pour attirer l’attention du public sur les risques de guerre. Une guerre que vous pensez proche. Vous devez mettre en avant toutes les raisons de s’inquiéter.

30’

Socialisation

Les groupes exposent les différentes sources de tensions qu’ils ont pu identifier. Certaines ne sont pas simples comme les rivalités coloniales qu’il faut remettre en perspective avec la Révolution industrielle.

L’enseignant les collationne, en met en lumière certaines.

Vous venez lire votre article en insistant sur les causes

10’

Trace écrite

Réalisation d’un bloc logique par groupe ou par élève.

Exploitation de l’enseignant à propos du concept de cause : ici, on se rend bien compte que le déclenchement de la PGM est le produit d’un faisceau de causes (plus importantes que l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand d’Autriche).

Vous devez réaliser un schéma qui explique pourquoi cette guerre s’est déclenchée. 
Phase 2 : les phases de la PGM

40 ‘

Un tableau avec un texte complètement déconstruit.

Les élèves doivent le remettre en ordre et ainsi s’approprier les différentes phases du conflit. Celles-ci ne sont pas à proprement parler au programme mais il semble difficile de faire l’impasse sur les 3 grandes phases.

Les élèves doivent se servir de la logique narrative appuyée sur la chronologie mais aussi des connecteurs logiques et temporels.

L’enseignant peut aussi leur faire inventer les titres des paragraphes et leur dire qu’il n’y a que 3 phases.

Le récit du déroulement des combats a été mélangé. Vous devez le reconstituer.

20’

Socialisation

La socialisation se fait en deux temps pour asseoir les certitudes et remettre tous les groupes sur les bonnes pistes.

Chaque groupe donne sa suite de lettres.

De quoi peut-on être sûr ?

15’

Trace écrite

La trace écrite est constituée :

  • du texte remis en ordre ;
  • – d’une frise chronologique muette sur laquelle sont reportés les événements principaux.
Phase 3 : une guerre totale

30 ‘

Un corpus de documents pour que les élèves s’approprient la notion de guerre totale. Toutes les mesures possibles ne sont pas évoquées ici comme les emprunts d’Etat par exemple. Les élèves peuvent se servir des pistes proposées par ces documents et en proposer d’autres.

  • Doc. 1 : Bilan humain pour la France ;
  • Doc. 2 : Evolution des usines Renault, nature de la production et composition des ouvriers ;
  • Doc 3 : Des femmes travaillant dans les champs pendant la Première Guerre mondiale (Eauze, Gers) ;
  • Doc 4 : Des munitionnettes (femmes travaillant dans les usines d’armement) ;
  • Doc. 5 : des exemples du bourrage de crâne et de la propagande.
Vous êtes les membres du gouvernement. A l’aide de ces documents, dressez la liste des mesures que vous prenez pour assurer la victoire de vos armées.

20’

Socialisation

Chaque groupe communique la nature des mesures prises. L’animation de l’enseignant doit permettre de mettre en avant la notion de guerre totale.

La liste faite, il faut demander aux élèves qui doit prendre, en temps de guerre, la responsabilité de ces mesures ; sont-elles cohérentes avec la valeur « Liberté » ?

Donnez au groupe classe l’ensemble des mesures que vous avez prises.

10’

Trace écrite

Il est important que les élèves aient un moment de réflexion à propos de cette notion et de qu’elle implique. Il faut insister sur le fait qu’on n’attend pas une suite d’exemples mais une définition.

Confrontation avec la définition du manuel.

Maintenant, vous allez écrire une définition de la notion de guerre totale.
Phase 4 : une violence de masse : la bataille de Verdun

30 ‘

Un corpus de documents pour que les élèves approchent la notion de violence de masse. Cette violence n’est pas que physique, elle fut morale, psychologique… Ces aspects ne sont pas, à dessein illustrer dans les documents.

  • Doc 1 : Une tranchée française à Verdun ;
  • Doc 2 : les fronts français et allemands à Verdun ;
  • Doc 3 et 4 : Le village de « Vaux-devant-Damloup », avant et après 1916 ;
  • Doc 5 :  Le bilan de Verdun.
Vous êtes correspondant de guerre. De la façon qui vous convient le mieux décrivez les conditions de vie des soldats au front, à Verdun.

20’

Socialisation

Les élèves lisent leur travail.

Ils retournent dans les groupes lire quelques lettres de poilus ou des extraits de Remarque, de Barbusse ou de Dorgelès.

Faites part de votre travail au groupe classe.

10’

Trace écrite

Réaliser une page qui comprenne :

  • Le texte produit ;
  • 2 ou 3 extraits de poilus ;
  • la définition de violence de masse (en incluant les civils).
Qu’est-ce qui caractérise la violence de masse ?
Phase 5 : le génocide arménien
Voir l’excellent dossier paru dans : Marchitto, F., et al., Cartes et documents en histoire-Géographie – 3e, SCEREN, 2013, CRDP de Nice, pp. 27-36.

Une difficulté est de trouver le point de vue turc.

Phase 6 : la Révolution de février

30 ‘

Un corpus de documents pour que les élèves se rendent compte de la déliquescence du régime russe à la veille de la PGM mais surtout pour travailler le concept de révolution. La révolution russe, comme nous avons pu le voir en 4e avec la révolution française pose la question du pouvoir.

– Doc 1 : L’évolution des prix à Petrograd (Saint Pétersbourg aujourd’hui).

– Doc. 2 : Trotski, Histoire de la Révolution russe (cette source n’est pas donnée aux élèves pour que le terme de révolution n’apparaisse pas).

– Doc. 3 : L’industrie russe pendant la Première Guerre mondiale, d’après Mikhaïl Florinski.

Doc 4 : La queue devant les magasins de Petrograd en 1917

 

Dans la mesure où le but de la mission est de mesurer si les élèves sont capables d’apprécier la nature prérévolutionnaire de la situation russe, les sources ne sont pas complètes et le titre de la leçon n’est pas donnée d’emblée.

Vous êtes un représentant du gouvernement français. Vous devez faire un rapport et répondre à la question suivante : Existe-il un risque pour que la Russie ne continue pas la guerre ?

20’

Socialisation

Chaque groupe rend compte de l’accomplissement de sa mission.

 

10’

Trace écrite

 

 
Phase 5 : la Révolution d’octobre
L’enseignant peut diffuser ce document de l’académie de Versailles :

https://scolawebtv.crdp-versailles.fr/?id=7182

Retour sur le concept de révolution.

Phase 5 : les conséquences de la PGM
Leçon classique à partir du manuel.

 

  1. Trace écrite et évaluation

 

Des éléments de trace écrite ont été donnés au cours du déroulement.

La trace écrite à partir de la phase 3 s’attache à ce que les élèves maîtrisent bien les concepts clefs de cette leçon dont ils auront besoin pour traiter un développement construit.

Pour le reste, outre la frise, l’enseignant peut s’appuyer sur le manuel et la traditionnelle leçon.