Le Pnyx, avec dans le fond la tribune pour les orateurs et ses escaliers Situation-problème : la démocratie athénienne

La démocratie athénienne (Ve s av. J. –C.) Sans les esclaves ? Rien !


  • Concepts centraux : pouvoir, démocraties directe et représentative
  • Objectifs notionnels : Ecclésia (assemblée)

1. Les représentations des élèves

Les élèves ont évidemment une conception très abstraite de la démocratie. Ils la lient souvent directement au suffrage universel et, sans le savoir, épousent le sens étymologique du terme (demos et kratos), soit le peuple au pouvoir. Reste encore à savoir les conceptions qu’ils ont de ces deux termes. Si le terme de peuple désigne assez facilement l’ensemble des « citoyens », et l’on verra que la question du statut politique des étrangers reste en suspens, le terme de pouvoir est très flou. Non seulement les élèves ne distinguent pas les différents champs du pouvoir qui peuvent exister (exécutif, législatif et judiciaire), mais leur conception du pouvoir la plus nette est celle d’une caricature de l’absolutisme. Il faut dire que la complexité de l’Etat et de la société est difficile à percevoir pour de jeunes élèves . De plus, quand ils se placent du point de vue du citoyen, c’est à dire de leurs parents pour les jaunes élèves, ils ne distinguent pas les notions de démocratie directe et de démocratie représentative. Si bien que tout apport magistral essayant de s’extasier sur les mérites de la démocratie athénienne ne peut être écouté que poliment sans qu’aucune construction ne s’amorce. Les élèves sont hors-jeu et ne sauront pas faire autre chose que de répéter docilement ce qu’est la démocratie.

D’évidence, leur cœur bat pour la démocratie directe, la seule dont ils aient pu avoir une courte expérience, à l’Ecole ou au Collège ou encore en colonie de vacances dans certains cas. Et ils ne voient pas la nécessité de recourir à la démocratie représentative quand la société devient numériquement importante, pas plus que les problèmes que pose ce mode de démocratie.

Les élèves sont aussi les amplificateurs des prises de position qu’ils entendent à la maison : la corruption des députés, leur incompétence, sont autant de représentations qu’ils véhiculent avec d’autant plus de zèle qu’elles leur donnent l’impression de savoir et de tenir un discours définitif que rien ne peut venir entamer. La question du pouvoir est donc essentielle et c’est elle qui est posée en arrière-plan de celle de la démocratie.

Concernant les droits politiques des étrangers, il en est également ainsi, même si cela leur paraît plus difficile d’interdire à un copain le droit de vote simplement parce qu’il n’a pas la carte d’identité qui convient. Mais nous sommes coutumiers du fait que ceux qui tiennent des positions xénophobes aient un ami étranger qui les dédouane à leurs yeux de toute xénophobie.

  • AnnaPour moi, le mot démocratie a un rapport avec le pouvoir dans un pays sans qu’il y ait de dictateur. Je pense que cela veut dire que quand il y a une démocratie dans un pays, les gens sont libres de penser et de croire ce qu’ils veulent (religions).
  • SachaD’après moi, une démocratie, c’est quand le pouvoir appartient au peuple. Le peuple votent pour élire une personne qui va les représenter.
  • TayronUne démocratie, pour moi, c’est d’avoir le droit de voter.
  • KatiaC’est quand le dirigeant laisse la parole au peuple qui a une certaine liberté.
  • MaëlineD’après moi, c’est le pouvoir du peuple
  • AnnaD’après moi, la démocratie à Athènes, ce sont les citoyens qui votent, mais pas tous. Les esclaves ne votent pas.
  • AdrienJe pense que la démocratie c’est que le peuple vote pour prendre une décision comme ça c’est juste et la plupart des gens sont d’accord.
  • SélénaLa démocratie selon -moi c’est quand le peuple vote pour élire quelqu’un ou pour quelque chose.
  • LolaJe pense que la démocratie c’est démo : le peuple, et cratie : le pouvoir , c’est donc le peuple.
  • EmmaJe pense que la démocratie c’est comme la politique mais en plus ancien.
  • LouisePour moi une démocratie est un régime politique prenant en compte le peuple.
  • MathildeOn peut dire un pays en démocratie, un peuple qui s’exerce au pouvoir. Contraire de la dictature.
  • Esteban Pour moi, la démocratie c’est quand chaque citoyen peut voter pour l’homme politique de son choix et que celui qui va être élu, sera élu car il aura eu le plus de bulletins de vote.

2. Le point sur la question

L’Ecclésia vote les lois, l’ostracisme. Elle élit les magistrats stratèges et décide de la guerre. 6500 citoyens tirés au sort sur 40000, ce n’est pas si mal. Si bien que chaque citoyen peut espérer au moins une fois dans sa vie exercer une fonction importante au sein de l’Etat. Il importe que les élèves perçoivent que l’Ecclésia est un lieu de débat. Cela n’a rien à voir avec une démocratie qui se prétendrait directe car elle userait de referendums. La consultation référendaire n’est pas un outil démocratique, il n’en a que l’apparence, car les réponses qui en résultent ne sont pas directement le fruit de débats argumentés. Rappelons-nous qu’au moment de la question de Maastricht, malgré les débats des ténors politiques qui avaient été organisés à la télévision, nous étions bien en peine de nous faire une idée réelle. Il serait d’ailleurs instructif de faire ressurgir ces débats-là, d’examiner de plus près les argumentaires de ces spécialistes à la lumière des développements récents et de leur demander de justifier à nouveau leurs prises de position. Mais c’est l’objet d’une autre problématique, celle de l’expertise ou plutôt du rapport au savoir qu’entretiennent les dits experts. La situation-problème consacrée au Nil pourrait en être un des points de départ.

Si les institutions athéniennes apparaissent très démocratiques puisqu’elle est fortement marquée par la démocratie directe, il est nécessaire de mettre en perspective la démocratie athénienne après en avoir cerné les limites. Une double mise en perspective très positive : la première, quand on la compare aux autres systèmes de son temps, comme l’oligarchie sparte ou la royauté égyptienne véritable monarchie de droit divin ; et la deuxième, quand on la rapporte à notre époque car en France, les femmes n’auront le droit de vote qu’après 1944 et les jeunes de 18 à 21 ans, seulement après 1974.

Mais, en même temps, il faut relativiser la démocratie athénienne en prenant conscience que sans la masse de métèques et surtout d’esclaves, les Athéniens n’auraient pu exercer une telle démocratie quasi-directe. Conscients de cette difficulté, les Athéniens qui étaient élus (les 10 stratèges) recevaient une indemnité. L’ostracisme, c’est à dire le bannissement pour 10 ans paraît être une mesure éminemment moderne pour l’époque : l’opposant politique pouvait avoir la vie sauve à condition d’accepter d’être exilé hors de la cité ; bon nombre d’Etats pourraient encore s’inspirer de cette pratique.

3. Le déroulé de la situation-problème

DUREE

ORGANISATION

MISSION

Prise de conscience que la démocratie athénienne n’en est pas une, au sens moderne du terme, et notamment de l’exclusion des femmes de la vie politique.
5 m

Emergence des représentations relatives à la notion de démocratie

Pour vous, qu’est-ce que c’est que la démocratie. Répondez en quelques lignes à cette question.
10 m Socialisation

  • L’enseignant peut afficher les papiers des élèves, au fur et à mesure qu’ils les ont lus.
  • La classe s’entend sur une définition du terme de démocratie afin que l’on puisse jauger la démocratie athénienne dans la phase suivante.
Chacun lit sa réponse, vous écoutez attentivement ce que chacun pense.

Quelle définition pourrions-nous construire ensemble ?

15 m
  • La classe devient la société athénienne en miniature.
  • L’enseignant distribue chacun des bouts de papier indiquant le statut social et politique de chacun.
  • Chacun lit le petit bout de papier qui lui a été distribué et demande des compléments d’information si besoin est. Cette phase est rapide.

Nous allons imaginer que vous, les élèves de la classe, vous êtes les citoyens d’Athènes. Quand vous naissez, vous ne choisissez pas votre famille, sa richesse… etc. Le tirage au sort, le hasard, va décider. Mais les filles resteront des filles et les garçons, des garçons.

Vous lisez vos papiers, vous posez des questions si besoin est.

5 m
  • L’enseignant annonce un problème grave, les troupes de Sparte sont mobilisées. L’objet de la réunion de l’Ecclésia est lu à voix haute et forte.
  • Théâtralisation préférable.
  • Tous les citoyens sont convoqués à l’Ecclésia.
Attention, attention. Nos espions viennent de nous apprendre que la ville de Sparte, notre éternelle rivale est en train de masser ses troupes. Une attaque est imminente. Réunion de l’assemblée des citoyens, réunion de l’Ecclésia !
5 m L’enseignant repousse une partie des élèves qui voulaient participer à la réunion de l’Ecclésia.

Non ! pas question que vous participiez à cette réunion ! vous n’êtes que des femmes, des métèques, des esclaves ! Taisez-vous ! Allez-vous rasseoir !

10 m

Réunion de l’Ecclésia.

L’enseignant anime la réunion. Comme les élèves ont peu d’informations, il fixe avec précision l’enjeu de la réunion (la guerre) et au fur et à mesure de la réunion, il rappelle les conséquences pour chacun des groupes sociaux précédemment définis, particulièrement pour les spectateurs.

La réunion est commencée. Les spectateurs assistent exceptionnellement à la réunion de l’Ecclésia. Cela ne se passait pas comme ça autrefois ! Vous écoutez attentivement car vous allez devoir écrire un texte d’ici une dizaine de minutes.
15 m Retour à une écriture individuelle pour définir la démocratie athénienne, en essayant de cibler en quoi elle annonce la démocratie au sens moderne du terme et en quoi elle n’en est pas encore une.

Vous allez à nouveau écrire individuellement un texte pour essayer de dire en quoi la démocratie athénienne n’en est pas une et également en quoi elle en est une !

Vous avez 15 minutes.

15 m

Exploitation

Comparaison avec les systèmes politiques contemporains de la démocratie athénienne, notamment l’Egypte. Distribution des documents au cours de la discussion indiquant le mode de fonctionnement de la société athénienne.

Etude comparative des tableaux de la société athénienne et de la société égyptienne (exemple de la pyramide) afin de dégager les éléments originaux de la société athénienne.

4. Indications sur l’animation

Comment faire percevoir aux élèves ce qu’était la démocratie athénienne sans avoir une réflexion sur ce qu’est ou ce qu’essaye d’être la démocratie, son essence ? Comment faire percevoir aux élèves ce

La classe est considérée comme la cité athénienne en miniature. Si l’on imagine que la classe compte 24 élèves (12 garçons et 12 filles), il y aura donc à distribuer :

Citoyens 5 Femmes de citoyens 5
Métèques 3 Femmes de métèques 3
Esclaves 4 Femmes esclaves 4

Le moment de frustration qui consiste à empêcher un certain nombre d’élèves de participer à l’Ecclésia est déterminant. Il est idéal que ceux qui ne peuvent pas participer aient cru un instant qu’ils allaient le faire, qu’ils protestent au regard de l’importance des décisions qui vont être prises et du fait qu’elles les engagent. En conséquence, l’enjeu de la réunion doit être clair pour tout le monde et chacun relit son papier pour voir s’il doit participer à le guerre ou non, payer un impôt ou non. Le principe même de la démocratie, c’est que les décisions engagent le collectif mais la particularité de la démocratie athénienne réside dans la multiplicité d’esclaves et de métèques qui oeuvrent et permettent ainsi à une partie non négligeable des Athéniens de participer à la vie de la cité. Cela dit, il peut être utile d’empêcher certains propriétaires pauvres de participer à cette réunion sous le prétexte qu’ils doivent être dans leurs champs pour surveiller leurs esclaves car ils n’ont pas les moyens de payer des surveillants métèques.

5. Documents

  •  Document 1 : les statuts politiques des élèves de la classe
Les statuts politiques à Athènes Situation-problème (Dalongeville-CEC)
Les statuts politiques à Athènes Situation-problème (©Dalongeville – CEC)

L’objet de la réunion de l’Ecclésia 

L’Ecclésia est réunie afin de décider si oui ou non il faut faire la guerre contre la cité de Sparte. Sparte supporte mal la domination d’Athènes à la suite des guerres médiques contre les Perses.

  • Document 2 : la société athénienne 
Les statuts politiques à Athènes (%) Situation-problème (Dalongeville-CEC)
Les statuts politiques à Athènes (%) Situation-problème (© Dalongeville – CEC)
  • Document 3 : Les institutions politiques d’Athènes
Les institutions politiques à Athènes Situation-problème (Dalongeville-CEC)
Les institutions politiques à Athènes Situation-problème (© Dalongeville – CEC)
  • Documents supplémentaires pour éclairer les statuts sociaux 

Xénophon disait des esclaves 

L’esclave est un outil vivant. Si chaque outil pouvait, par un ordre donné, exécuter de lui-même son travail, alors les chefs de famille (les citoyens) se passeraient d’esclaves.

 Xénophon disait des femmes 

Il est plus honnête pour la femme de rester à l’intérieur que d’être toujours en course, et il est plus honteux pour l’homme de rester toujours à l’intérieur que de s’occuper des affaires du dehors (la vie de la cité).

Xénophon disait des métèques 

Nous devrions nous intéresser aux métèques, car nous avons en eux, je crois, une de nos meilleures sources de revenus, puisque, se nourrissant eux-mêmes et ne recevant aucun salaire de la cité, ils payent quand même une taxe de résidence ( un impôt).

Les citoyens vus par Aristote, Constitution d’Athènes XLII, 4e  s. av. J.-C.

L’état actuel du gouvernement est le suivant. Prennent part au gouvernement ceux qui sont nés de parents ayant tous les deux le droit de cité. Les jeunes gens sont inscrits au nombre des démotes à I’âge de dix-huit ans. Au moment de I’inscription, les démotes, après serment, décident par un vote : premièrement, s’ils ont I’âge exigé par la loi en cas de décision contraire, ils retournent parmi les enfants ; deuxièmement, s’ils sont de condition libre et de naissance légitime.

Démote : celui qui appartient au démos, c’est-à-dire à I’assemblée des citoyens.

La démocratie vue par Périclès, « Éloge d’Athènes à ses morts » (431), dans Thucydide, Histoire du Péloponnèse, I1, 37.

 Notre régime politique ne se propose pas pour modèle les lois d’autrui, et nous sommes nous-mêmes des exemples plutôt que des imitateurs. Pour le nombre, comme les choses dépendent non pas du petit nombre mais de la majorité, c’est une démocratie. S’agit-il de ce qui revient à chacun ! La loi, elle, fait à tous, pour les différends privés, la part égale, tandis que pour les titres, si I’on se distingue en quelque domaine, ce n’est pas I’appartenance à une catégorie, mais le mérite qui vous fait accéder aux honneurs ; inversement, la pauvreté n’a pas pour effet qu’un homme, pourtant capable de rendre service à I’État, en soit empêché par I’obscurité de sa situation.

 

5. Pour la trace écrite ou pour réviser

Carte mentale - Démocratie à Athènes Situation-problème (Dalongeville-CEC)
Carte mentale – Démocratie à Athènes Situation-problème (© Dalongeville – CEC)
CM - Démocratie athénienne © Dalongeville- CEC
CM – Démocratie athénienne (© Dalongeville – CEC)
CM-Questionnaire-Comparaison
CM – Questionnaire – Comparaison (© Dalongeville – CEC)

6. Bibliographie

Mossé, C; (2014). Histoire d’une démocratie : Athènes. Points Seuil : Paris.

Un commentaire

Les commentaires sont fermés.